12018Fév

BAC 2018

Les dates du Baccalauréat 2018 viennent de paraître.

Les élèves qui sont en seconde cette année (2017-2018) auront la réforme du bac. Fini les filières L, ES, S! Désormais, chaque étudiant de la filière générale aurait deux matières « majeures », deux « mineures », et suivrait un tronc commun à tous les élèves de lycée. La distinction entre bac général et technologique serait préservée mais des passerelles seraient ouvertes entre les deux. Dans le tronc commun figureraient l’EPS, l’histoire-géographie, deux langues vivantes, la philosophie, le français (en première) et les mathématiques. L’essentiel de la scolarité de première serait consacré au tronc commun, avant que les spécialités prennent le dessus en volume horaire au cours de la terminale.

Normalement ce sera la fin du monumental examen républicain de juin en terminale, qui évalue les capacités des élèves dans chacune des matière au cours d’un marathon d’une grosse dizaine épreuves. Le rapport ministériel recommande d’instaurer quatre épreuves finales en terminale : deux « majeures », matières choisies par chaque lycéen dans un catalogue d’une dizaine de combinaisons (maths-physique, histoire-sciences économiques et sociales, lettres-langues, etc.), seraient évaluées par examen national dès le retour des vacances de Pâques. Ceci permettrait d’intégrer les notes de « majeures » au dossier de chaque élève sur Parcoursup, et entrerait donc en compte dans l’orientation post-bac.

Les deux autres épreuves auraient lieu en juin, mois habituellement dévolu au bac : la philosophie et un « grand oral ». Cette dernière épreuve serait en réalité très différente des examens du même nom proposés dans les grandes écoles (Sciences Po, HEC) : le grand oral consisterait ici en la présentation par l’élève, en une trentaine de minutes, d’un projet interdisciplinaire lié à son choix de matières « majeures » et « mineures ».

Le bac français, que les élèves passent en première, serait maintenu en l’état. Seule évolution : les deux notes d’oral et d’écrit seraient fondues en une seule. Ces cinq épreuves en deux ans représenteraient 60% de la note finale.